Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel BOCQUET
  • : Michel BOCQUET, Ingenieur agronome, consultant en apiculture ; conseil et expertise dans les domaines liés à l'abeille, les produits de la ruche, la pollinisation, l'utilisation des abeilles comme bioindicateurs de l'environnement. Michel BOCQUET, Agronomist, apiculturist : specialist in honeybees, bee products, pollination, environment monitoring with bees as bio indicator.
  • Contact

Twitter, c'est là

Pour les mordus de twitter, il suffit de cliquer ici :link

Recherche

31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 08:33

Un bel exemple pour 2021 ou il faudra sans doutes une bonne dose de détermination et le sens de l'équilibre pour arriver à collecter le pollen nécessaire à une année féconde

English summary : Happy new year

Resumen en Castellano : Feliz año nuevo.

Je vous souhaite mes meilleurs voeux pour 2021, que cette année vous apporte un peu de clairvoyance dans le flou ambiant, voyons le pot de miel à moitié plein plutôt qu'à moitié vide.

Je reste comme d'habitude à l'écoute de vos projet pour vous accompagner dans leur mise en oeuvre. 

Le programme de l'année n'est pas fondamentalement modifié par rapport aux années précédentes, si ce n'est de bonnes avancées dans l'usage des innovations que nous utilisons :

- La modélisation de l'exploitation apicole, à l'échelle de l'apiculteur.

- Le suivi de la santé de l'abeille, avec le passage au terrain après de nombreuses années de test en laboratoire, vous pouvez maintenant accéder à la mesure du niveau d'immunité sur le cheptel.

- La cartographie du potentiel mellifère et le diagnostic environnemental global à l'échelle de l'aire de butinage

- L'accompagnement dans vos projets analytiques touchant à la valeur fonctionnelle des produits de la ruche.

- L'approfondissement des connaissances sur la nutrition et l'alimentation des colonies d'abeilles, à toutes les échelles de perception (abeille individuelle, colonie, exploitation, territoire)

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2020 4 03 /12 /décembre /2020 17:30
Maldi BeeTyping to assess Nosema in Honeybee

Maldi BeeTyping to assess Nosema in Honeybee

English summary : We just published a new scientific article showing that MALDI‐MS is a rapid, cost‐effective and simple method for identifying Nosema species. We demonstrated that MALDI Biotyping could represent a valuable surveillance tool of nosemosis in apiaries for sanitary services and beekeepers.

Resumen en Castellano : Publicamos a un nuevo articulo sobre Nosema. Con un espectrometro de masa MALDI, conseguimos a reconocer las dos especies de Nosema (N.apis vs N.ceranae), calcular a la viabilidad de las spores.

 

Nous venons de publier un nouvel article scientifique sur la technique du Bee-Typing développée au laboratoire. Cette technique permet d'obtenir des profils moléculaires a partir de tissus de l'abeille ou de toute autre matrice. Nous nous sommes focalisés ici sur les spores de Nosema.

Actuellement, on sait reconnaître Nosema par microscopie, mais si l'on souhaite savoir s'il s'agit de Nosema apis ou Nosema ceranae, il est nécessaire de recourrir à la technique de la PCR (beaucoup utilisée par exemple pour diagnostiquer le COVID 19). Nous avons montré qu'il est possible de distinguer les deux espèces avec une autre méthode, la spectrométrie de masse MALDI, moins chère à l'unité que la PCR. De plus, le profil moléculaire recueilli nous indique si les spores sont viables ou non, ce qui donne une information complémentaire, que l'on a vérifiée par la technique de la cytométrie en flux (on compte les spores mortes, les spores vivantes et on en déduit un taux de viabilité). On a également mis en évidence des profils spécifiques pour des Nosema provenant de différentes zones géographiques. En associant ces technique, on commence donc à avoir une vision plus claire de l'infectiosité des spores.

Je vous propose ci-dessous l'abstract en anglais, également visible via le lien suivant :

https://www.researchgate.net/publication/344772872_MALDI_Biotyping_an_approach_for_deciphering_and_assessing_the_identity_of_the_honeybee_pathogen_Nosema

Matrix‐assisted laser desorption/ionization mass spectrometry biotyping, an approach for deciphering and assessing the identity of the honeybee pathogen Nosema

 

Abstract

Rationale

The microsporidia are obligate intracellular pathogenic fungi that parasitize a wide range of invertebrate and vertebrate hosts and have important impacts on health, food security and the economy. In this paper, we focus on Nosema ceranae and N. apis, which chronically infect the digestive tract of honeybees, altering their physiology and lifespan.

Methods

We applied matrix‐assisted laser desorption/ionization mass spectrometry (MALDI‐MS) for rapid molecular profiling of extracts of Nosema spores in order to identify the species and the geographical origin, and assess the viability status of Nosema microsporidia in conjunction with a flow cytometric approach. Pure solutions of spores were prepared for flow cytometric analysis and MALDI‐MS profiling. A mechanical extraction of viable or heat‐killed Nosema spores was conducted to obtain mass fingerprints of peptides/proteins for samples of microsporidia from different geographical origins (MBO.NC01, MBO.NC02 and MBO.NA01).

Results

A distinction in the peptide/protein profiles between two isolates with different geographical origins was observed. Mass fingerprints of viable and experimentally killed spores were also clearly distinguishable, regardless of Nosema species. Finally, using our computational models on the different Nosema species, we were able to classify five independent isolates of Nosema microsporidia.

Conclusions

We have shown that MALDI‐MS is a rapid, cost‐effective and simple method for identifying Nosema species. We demonstrated that MALDI Biotyping could represent a valuable surveillance tool of nosemosis in apiaries for sanitary services and beekeepers.

Michel BOCQUET

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2020 2 13 /10 /octobre /2020 21:44
Dr Camille Houdelet, lors de sa soutenance de thèse, à l'IAB de Grenoble

Dr Camille Houdelet, lors de sa soutenance de thèse, à l'IAB de Grenoble

English summary : a new thesis on Nosema, with special focus on proteomics.

Resumen en castellano : una nueva thesis  estudiando a los cambios de composicion de las proteinas en las abejas despues de una infeccion por Nosema.

Ce 12 octobre 2020, Dr Camille Houdelet vient de soutenir de façon magistrale sa thèse sur " l'immunoprotéome de l'abeille suite à une infection par Nosema".

Nosema est sous-estimée par les apiculteurs. S'il est vrai que cette microsporidie provoque rarement seule la mort rapide d'une colonie, elle agit en synergie avec d'autres stresseurs et affecte la dynamique de population.

Il a fallu trois années de travail pour affiner des techniques d'étude innovantes afin de mieux comprendre Nosema. Dr Houdelet a utilisé par exemple la cytométrie en flux pour déterminer la viabilité des spores, et la spectrométrie de masse MALDI Tof pour identifier l'espèce (Nosema apis ou Nosema ceranae) et sa viabilité, montrant également la possibilité de différencier l'origine géographique par ce moyen.

Elle a également utilisé une autre technique de spectrométrie de masse (LCMS) pour étudier segment après segment, les modifications, dans le tube digestif, des protéines dont l'expression est modifiée avec l'apparition de Nosema. Elle en a identifié plusieurs qui pourraient être utilisées comme des marqueurs précoces de la maladie, sous forme (par exemple) de tests colorimétriques ou de kits utilisables au rucher.

Au delà de la nosémose, cette thèse explore des techniques nouvelles qui permettront de mieux comprendre l'impact sur l'abeille de tous les autres stresseurs comme les maladies virales, les pesticides ou les stress climatiques et nutritionnels.

Nous avons collaboré durant ces trois ans sur tous ces sujets au sein du BioPark d'Archamps, et d'ores et déjà son étude a généré des résultats très concrets comme la réalisation de diagnostics de nosémose pour les apiculteurs. L'ensemble de ces études qui ont démarré depuis plus de 7 ans, nous permettent de proposer dès maintenant un profil immunitaire de l'abeille à un cout tout à fait raisonnable.

Nous souhaitons une longue carrière scientifique au Dr Houdelet qui va poursuivre ses recherches sur d'autres modèles biologiques. Le travail engagé se poursuit au BioPark d'Archamps afin de déboucher prochainement sur des solutions concrètes pour la filière.

 

Soutenance de la thèse sur l'immunoprotéome de l'abeille domestique

Soutenance de la thèse sur l'immunoprotéome de l'abeille domestique

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2020 7 13 /09 /septembre /2020 18:11
Pucerons et coccinelles sur glycine. Les pucerons produisent un miellat dont raffolent les abeilles, fourmis et autres insectes.

Pucerons et coccinelles sur glycine. Les pucerons produisent un miellat dont raffolent les abeilles, fourmis et autres insectes.

English summary : we observe more and more honeydew honeys in the samples we receive for analysis. The climatic evolution, and the reduction of floral resources may explain this tendancy.

Resumen en castellano : Hemos notado en los ultimos años mas y mas mieles de mielada, posiblemente por el effecto de un climat mas caliente y una reduction de los recursos florales.

 

Le miellat est produit par des pucerons ou cochenilles sur de nombreuses plantes. Il est récolté par les abeilles pour donner des miels de bonne qualité, par exemple le miel de sapin qui est l'un des plus chers en France (AOP Sapin des Vosges; IGP miel d'Alsace).

D'autre miellats accompagnent des floraisons déjà abondantes, comme sur le tilleul ou le châtaignier et contribuent à des récoltes exceptionnelles sur ces arbres. On en trouve aussi chez le chêne qui n'aurait normalement pas d'intérêt nectarifère pour l'abeille. D'autres miellats issus du metcalfa, par exemple, peuvent toucher une grande variété d'espèces végétales.

Les miellats sont parfois sources de problèmes pour les apiculteurs lorsqu'ils sont riches en mélézitose, un sucre qui provoque une cristallisation rapide du miel dans les cellules, ce qui rend difficile son extraction. On parlait autrefois de la manne de Briançon, sur les grandes étendues de mélèze des Alpes du Sud, mais on a aussi de tels miels régulièrement dans l'Est de la France, sur épicea, ou des espèces feuillues. 

En 2020, par exemple, une belle année concernant la production de miel, certains apiculteurs n'ont pas réussi à extraire des quantités importantes de miellat de fin d'été. Ces miels seront à stocker et à redonner aux abeilles au printemps prochain pour qu'ils puissent être recyclés.

L'analyse pollinique n'est pas toujours indiquée pour identifier l'origine florale de ces miels, en effet, la plupart du temps, ils proviennent de plantes non nectarifères ou se situent en dehors de la période de floraison, et le pollen n'est pas un marqueur fiable de leur origine. Par contre on y trouve de nombreuses traces de levures, spores, et des pollens de plantes entomophiles (graminées, gymnospermes).

Il est alors important de réaliser une analyse de conductivité électrique qui permet de différencier nettement les miels de miellat (plus conducteurs, au delà de 0.8 mSiemens/cm). C'est donc une analyse indispensable pour compléter l'analyse pollinique.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 19:02
Ruches sur le toit de la mairie, bel hivernage, et le printemps est revenu

Ruches sur le toit de la mairie, bel hivernage, et le printemps est revenu

Comme vous le comprendrez les services sont actuellement au ralenti, en tous cas tout ce qui concerne les analyses, car nous avons cessé d'aller au laboratoire d'Archamps pendant le confinement. Pour ceux qui auraient des besoins urgents d'analyses pollinique ou autres analyses, je dispose d'une partie du matériel à mon domicile, il faut m'appeler préalablement si vous souhaitez ce type d'analyse. Il vaut mieux reporter autant que faire se peut.

Pour tout ce qui concerne les projets en cours, et les prestations intellectuelles, il n'y a pas de modification, nous restons disponible en télétravail, il n'y aura pas de rendez vous physique durant le confinement, nous pouvons cependant communiquer très facilement par téléphone ou skype ou tout autre moyen.

Pour la partie exploitation apicole, pour l'instant nous avons réduit la vente du miel tant que l'on est en confinement, mais cela reprendra immédiatement dès que la liberté de mouvements sera retrouvée. Ici, en Haute-Savoie, la saison est précoce, mais les nuits fraiches ont permis de calmer les vélléités de la végétation à sortir trop précocement. Les ventes de reines et d'essaims recommenceront courant mai, comme d'habitude.

Je vous incite tous à la plus grande prudence pour l'instant, en respectant strictement les règles de sécurité, j'ai beaucoup de proches qui sont directement concernés, aussi bien pour les facteurs de risques qu'ils présentent ou leur proximité avec le secteur médical et avec les malades aux signes cliniques avérés. 

Courage à tous

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 18:23

English summary : For the 2020 two first months, we crossed the different french regions in numerous formation sessions or beekeeping meetings, an occasion to validate the extreme precocity of the flowers and bee season.

Resumen en castellano :En enero/febrero de 2020, cruzamos a Francia dando charlas, conferencias y asistiendo a eventos apicolas. Una ocasion para confirmar la extrema precocidad del año apicola.

Les points de chute de janvier/février pour les formations apicoles

Les points de chute de janvier/février pour les formations apicoles

Puisque nous sommes maintenant tous tracés par Google, voici les points de chute de janvier février 2020 représentant les lieux que j'ai eu à traverser pour la série de formations données durant cette période ; surtout une occasion de s'étonner de l'extrême précocité de la flore et de la saison apicole 2020.

Globalement, les formations données recouvrent les thématiques suivantes

- l'alimentation de la colonie et la gestion rationnelle du nourrissement

- la gestion de la dynamique des colonies de l'abeille et la sélection à l'échelle d'une exploitation

- la modélisation du fonctionnement technico-économique des exploitations apicoles, qui permet une bonne programmation de la saison et de mettre en évidence les points clés de la stratégie de l'exploitation sur lesquels agir en vue de répondre à ses objectifs.

Michel BOCQUET

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2020 7 26 /01 /janvier /2020 21:50
Apis dorsata

Apis dorsata

English summary : 2019 has been caracterized by different missions abroad, in Algeria, Great Britain, Switzerland, Thailand for beekeeping developement or research and experimentation. We progressed in our research projects.

Resumen en castellano : 2019 fue rico en misiones en otros continentes, como en Argelia y Thailanda en diferentes proyectos de desarrollo. nuestros proyectos de investigación adelantaron también.

 

Meilleurs voeux pour l'année 2020

Petit retour sur 2019, année très chargée en déplacements à l'étranger, plus d'une fois le tour de la terre au total, avec par exemple

-Une important mission en Algérie dans le cadre du programme PAP-ENPARD avec un accompagnement de nombreux acteurs de la filière dans toute une gamme d'actions pilotes (formations, diagnostics, élevage, technologie des miels, laboratoires d'analyse, pathologie, ...) réparties sur 4 zones climatiques (littoral, montagne, plaine céréalière et steppe). 

- Une participation au congrès APIMONDIA à Montréal, avec une intervention à une table ronde et une communication orale sur la modélisation technico-économique de l'exploitation apicole.

- une participation au projet PHC SIAM menée à Archamps en lien avec l'université de Chiang Mai, en Thailande sur la virulence de Noséma sous différentes conditions combinées (climats, espèces d'abeille, espèce de Nosema). Une mission sur place a permis de découvrir un système de fonctionnement assez particulier orienté sur une miellée majeure, le longane. La découverte également d'un autre acarien, en plus de Varroa, Tropilaelaps et des trois autres espèces d'abeilles présentes, Apis cerana, Apis florea, Apis dorsata.

Concernant l'activité de recherche, nous avons bien avancé sur les différents thèmes en cours :

- Les propriétés fonctionnelles des produits de la ruche, principalement les propriétés antibactériennes des miels avec l'exploration du miel de Manuka cette année, et l'application de la technique du BeeTyping aux produits de la ruche.

- Le projet QueensTest a pu avancer sur l'évaluation de la qualité du sperme, ce qui devrait permettre en 2020 de travailler sur la conservation du sperme en insémination instrumentale.

- Concernant le nourrissement, nous avons initié et co-dirigeons un nouveau groupe Nutri-TaskForce au sein de l'association mondiale de chercheurs Coloss, orienté vers la recherche sur la nutrition de l'abeille.

- Sur l'ensemble des projets menées sur l'analyse de l'hémolymphe avec l'équipe d'Archamps, nous avons maintenant fait un pas vers les applications de terrain, notamment sur les stresseurs tels que la nosémose, mais aussi l'impact des pesticides avec le programme européen Poshbee (avec des missions d'échantillonnage en Grande Bretagne et Suisse). Une première publication scientifique a été produite afin de présenter un premier modèle sur la réaction de l'hémolymphe des abeilles adultes aux infections bactériennes.

Beaucoup d'activités, donc en 2019, ce qui a pesé sur notre présence sur ce blog, avec un seul article en définitive. Je tenterai d'être plus prolixe en 2020.

Le début de l'année 2020 est plutôt centré sur les apiculteurs français, avec des formations en Bretagne, Aquitaine, Poitou-Charente, Rhône Alpes, et Languedoc. La saison devrait se poursuivre avec nos différents projets de recherche.

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2019 3 23 /01 /janvier /2019 23:49

English summary : To Raymond Borneck

Resumen Español : homenaje a Raymond Borneck

 

Nous venons d'apprendre le décès de Raymond Borneck en ce mois de janvier 2019, il s'agit d'un grand personnage de l'apiculture qui a réellement marqué le demi siècle passé.

Je l'ai connu dans les années 80 alors qu'il portait l'ITAPI (Institut Technique de l'Apiculture) à bout de bras, alliant tous les modes possibles d'influence pour parvenir à mettre en oeuvre des projets dans le monde entier, avec une implication personnelle sans bornes.

Pour le jeune Ingénieur agronome que j'étais, il représentait tout ce dont je pouvais rêver en terme d'apiculture. C'était l'aventure au quotidien, entre le lever et le coucher du soleil on pouvait rencontrer à l'ITAPI les plus grands chercheurs mondiaux dans une très grande simplicité, des apiculteurs de tous pays de passage pour un ou deux jours, des porteurs de projets de tous acabits, des politiciens de tous bords, et des étudiants de tous les domaines qui venaient y chercher et y trouver la quintessence de la connaissance apicole. On pouvait aussi y visiter des colonies, suivre des expérimentations, travailler sur les produits de la ruche, le tout dans un même lieu, dans un microcosme, une ruche, où chacun venait butiner la connaissance et partager sa passion.

 

Je logeais dans le "chalet" de l'Institut, ou dans un dortoir improbable du site de l'INRA de Bures sur Yvette ou se succédaient les invités de toutes conditions, pour une nuit ou quelques mois, et où l'abeille et l'apiculture constituaient le sujet de conversation dominant du réveil jusqu'au bout des plus longues nuits... Un havre de campagne comtoise au beau milieu de la région parisienne. Raymond Borneck était le phare de tout ce beau monde, connaissant tout le monde, et tout sur tout, et discutant avec passion des sujets les plus divers, aussi bien techniques, scientifiques, que politiques et culturels.

Je me souviens aussi de sa mobilité, dans des conditions qui ne sont pas celles d'aujourd'hui, nous partions avant l'aube pour des destinations décidés la nuit même, Montbarrey à son domicile, mais aussi bien en Italie ou en Espagne pour un congrès apicole, ou encore, grand moment, en Allemagne, pour une réunion identifiée en dernière minute, par un fax arrivé à 22h00, où on avait oublié de l'inviter et qui nous avait vu débarquer au petit matin subjuguant l'auditoire germanique en alternant l'anglais et l'allemand et laissant un parterre d'interlocuteurs médusés, pour rentrer sur Paris l'après midi même. Ces voyages étaient tous passionnants, pour moi qui posait en permanence des questions sur tout, et voulais réinventer le monde et l'apiculture : il avait tout vécu, survécu à des tremblements de terres au Maroc, à des guerres dans les pays de l'est, à des situations invraisemblables partout où il passait. Il connaissait parfaitement l'apiculture, les abeille et la flore sous tous les climats et tous les grands hommes de cette filière.

Il rendait simple les situations les plus complexes, au prix de palabres interminables, de jeux de go et de jeux d'échecs avec des personnalités de tout type, qu'il motivait pièce après pièce pour monter des projets à des milliers de kilomètres de là en ajoutant financements officiels, appui d'amis, et de la bonne volonté de simples passionnés armés de bouts de ficelles.

Il est resté jusqu'à récemment très présent auprès des personnes influentes de la profession pour, infatigablement, aiguiller, informer, conseiller, et motiver les acteurs qui croisaient son chemin.

Merci Raymond, pour tout cela, et plus encore...

Michel BOCQUET

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2019 6 05 /01 /janvier /2019 20:28

English : best wishes for 2019

Español : feliz año nuevo

 

Je vous souhaite mes meilleurs voeux apicoles pour 2019, et de retrouver un esprit positif pour sortir de la morosité ambiante.

Une année 2019 tout en sourires avec l'abeille confectionnée par Anaïs

Une année 2019 tout en sourires avec l'abeille confectionnée par Anaïs

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2019 6 05 /01 /janvier /2019 19:31
Rucher à Nedroma, dans le cadre d'un projet d'appui à l'apiculture en Algérie

Rucher à Nedroma, dans le cadre d'un projet d'appui à l'apiculture en Algérie

L'année 2018 s'éloigne, une année extrêmement chargée, avec de grandes lignes directrices :

- un développement de mon activité R&D au sein du BioPark d'Archamps, avec une augmentation du nombre d'expérimentations réalisées (santé de l'abeille, diagnostic des colonies et évaluation des propriétés fonctionnelles des produits de la ruche) et la participation à plusieurs consortiums suite à des appels à projets liés à l'apiculture.

- une phase plus opérationnelle sur le projet QueensTest, qui vise a améliorer le renouvellement du cheptel, avec l'entrée en production du rucher d'élevage, la mise en place du chalet des reines et le début du travail sur les sous espèces d'abeilles.

- une nette internationalisation du travail de conseil avec d'une part des missions plus nombreuses hors de la métropole (diagnostics territoriaux, cartographie apicole, plans de développement, ingénierie de formation) et d'autre part une participation accrue à des congrès scientifiques internationaux.

- un accroissement des activités de formation, principalement orientées  autours de la mise en oeuvre des stratégies de développement de l'exploitation apicole, ou de problématiques techniques (nourrissement, élevage, santé de l'abeille, technologie du miel).

Ce développement a nécessité de se reposer sur une équipe plus nombreuse cet été, et a entraîné quelques retards sur certains projets.

2019 devrait rester sur cette lancée, avec un accent fort sur les actions les plus efficaces à mettre en oeuvre sur l'exploitations pour améliorer le diagnostic des colonies, le renouvellement du cheptel, et la valorisation des produits de la ruche. A l'échelle territoriale, l'idée est de créer sur Archamps un site pilote en terme de diagnostic du potentiel apicole, capable de s'intégrer dans les grands réseaux européens. Cette prochaine année devrait encore être très internationale avec au programme des missions en Algérie, en Thailande, et la participation au congrès Apimondia de Montréal.

 

 

 

 

 

 

 

Test de cires à 1000 cellules/dm² sur l'abeille Unicolor mahoraise

Test de cires à 1000 cellules/dm² sur l'abeille Unicolor mahoraise

Etude des propriétés antibactériennes de différents miels

Etude des propriétés antibactériennes de différents miels

Partager cet article
Repost0